Accéder au contenu principal

A l'approche de Noël - #RDVAncestral décembre 2017



Pinterest
 
En ce mois de décembre, comme beaucoup, je suis en plein dans les cadeaux de Noël pour mes proches. Et pour mes parents, suite à une remarque du genre « Je ne comprends rien à ton logiciel mais j’aimerais bien t’aider », j’ai cherché une idée originale pour leur présenter leur généalogie et j’ai donc décidé de leur offrir à chacun un livre généalogique. 

www.livre-genealogique.fr

Mais bien sûr, je compte bien leur offrir entièrement complété, du moins complété en fonction de l'avancée de mes recherches à ce jour. 
 
Et donc, depuis 10 jours, je suis en rendez-vous ancestral quasi quotidien avec 64 ancêtres de chacun de mes parents, donc avec 128 de mes ancêtres. 

Je rencontre donc à nouveau des ancêtres proches ou plus éloignés, certains que je connais bien parce que j’ai eu la chance de les côtoyer (bonjour mémé!, bonjour mamie!), certains que j’ai l’impression de connaître car j’ai beaucoup étudié leur vie (bonjour mon cher Georges!, bonjour Pierre!) et d’autres que je ne connais que par leur nom, sans aucun autre élément de vie  (bonjour Elisa!, bonjour François!).

Je rencontre également leurs frères et sœurs, souvent nombreux. 

Je remarque certains détails passés jusque là inaperçus, comme ces frères portant le même prénom et que je soupçonne d’être en réalité un doublon.

Je me surprends à leur parler, à leur poser des questions (Dis donc Philomène, tu ne voudrais pas me donner une indication sur ton lieu de décès, je n’ai plus trop d’idée où chercher...? Et toi ma petite Louise, est-ce que tu as eu d’autres enfants? Deux seulement séparés de quinze ans, ça m'étonne vu l'époque. Bon, je vais les noter au crayon de papier, ce sera mieux si je dois modifier...). Malheureusement, ils ne me répondent pas beaucoup en ce moment, ils doivent être occupés ailleurs...

Et enfin, il y a tous ceux dont j’ignore tout, même le nom, et qui me font laisser des pages blanches dans ces livres. Et j’avoue que j’ai comme un pincement au cœur en tournant ces pages sans rien y inscrire...

Malgré tout, ces petits rendez-vous me donnent le sourire et me font aimer de plus en plus la généalogie. D'abord, les pages blanches me font présager des heures et des heure de recherches et de belles découvertes.Ensuite, je me sens proche de tous ces gens, j’ai de l’affection pour eux, même les plus anciens et même ceux dont je ne sais rien, liés que nous sommes par les liens du sang (du moins, parfois, les liens du sang officiels...).

Je me doute bien qu’ils sont moins parfaits que la représentation que je me fais d’eux. Pour certains, j’en ai même la preuve mais il m’est impossible de les juger. Je n’ai pas vécu leur vie, à leur époque, avec les difficultés de toutes sortes qu’ils ont pu rencontrer. Et même si les archives sont riches en France, je ne peux m'empêcher de penser que je ne saurai jamais complétement ce qui a pu les conduire à agir de telle ou telle façon. 

Bon, toutes ces considérations sont bien belles, mais les livres ne se remplissent pas tout seuls! Il faut que j'y retourne si je ne veux pas finir pendant le réveillon du 24, alors que ma famille dévorera la bûche... 

Archives personnelles

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Petite histoire d'une cloche

Pour ce véritable premier article, je vais vous parler d'un lieu très cher à mon cœur, la terre d'une partie de mes ancêtres : le pays de Lagny, en Seine et Marne.
Et plus particulièrement, Saint-Thibault des Vignes, un petit village de quelques centaines d'habitants jusque dans les années 1970 .

Et encore plus particulièrement, la cloche de l'église Saint-Jean-Baptiste qui me réveillait tous les matins à 7 heures avec l'angélus, avant mon départ pour la Charente. 
Saint-Thibault des Vignes, Saint-Thibault pour les intimes, est le berceau de cette partie de ma famille. J'y suis viscéralement attachée, avec l'impression jamais ressentie ailleurs d'être liée à la terre sur laquelle je marchais. Je ne saurais pas expliquer pourquoi, peut-être est-ce parce que j'y ai énormément de souvenirs, que j'y passais tous mes week-ends étant enfant et que j'y ai vécu.
J'ai trouvé des ancêtres jusque dans les plus anciens registres de la paroisse et c…

Passé Présent... 2ème chance

Il y a quasiment six ans jour pour jour, je créai ce blog avec l'envie de partager mes découvertes au fil des archives et les travaux que j'ai pu écrire.

Il s'agissait pour moi de donner un corps, une épaisseur aux ancêtres dont je retrouve la trace dans les registres et qui ne sont au début de notre rencontre qu'une succession de dates.

Et puis, la vie a fait que j'ai très rapidement cessé de publier, sans pour autant arrêter de faire de la généalogie.

Et il y a quelques jours, alors que l'envie d'écrire m'a repris et que je venais de publier mon premier #RDVAncestral sur Facebook, ce réseau qui connait tout de ma vie ou presque m'a rappelé l'existence de ce blog.

Alors après un temps de réflexion, quelques travaux de rénovation, me revoilà...

J'ai choisi de retirer les articles publiés il y a six ans. Pour certains, ils ont été publiés ailleurs, comme l'histoire de Pierre Justin pour le Challenge AZ des promos du DU de généalogie de l…

Un hiver dans le Jura - #RDVAncestral

Guillaume du blog Le Grenier des Ancêtres nous invite tous les mois à remonter le temps pour partir à la rencontre d'un ancêtre et à raconter ce rendez-vous.

Ce mois-ci, j'avais envie de partir à la découverte de mes ancêtres paternels, dans le Jura. Je me trouve donc au Vaudioux, dans ce petit village près de Champagnole, dont sont originaires mes ancêtres paternels et là où, par hasard, j’ai fait mes premiers pas.
Par contre, je n'arrive pas à déterminer l'époque. Ce qui est certain, c’est que ce n’est pas le XXIème siècle. Pas de voitures, pas de lignes téléphoniques, et surtout pas d’église. Donc avant 1837.
Il fait très froid et la neige a envahi le village. Tout est blanc et silencieux. La neige épaisse craque sous mes pieds et j’aime la sensation que cela procure. Il faut dire que cela m’arrive rarement, à moi la parisienne émigrée en Charente.
En passant devant une petite maison du cœur du village, j’entends une femme hurler.   Inquiète pour elle, je m&#…