Accéder au contenu principal

Articles

Un prénom et ses variantes #Geneatheme Janvier 2018

Un Chrisostome, des Charlemagne, une Archange, un Appolon, un Baune, une Domitille (dont les autres prénoms sont Prudente Parfaite), des Fursy (Furcy) dont un Fursy Cléophée, une Emerentienne, un Engleberte, une Fébronie, un Florus, des Gentien, des Geoffrine, une Hombertine, un Leufroi, un Lupicin, un Onézime, un Polycarpe, un Polydore, des Renelde, une Restitude, une Scholastique, une Sébille, des Sédulie, des Servais et Servaise, un Solon, une Zélina, un Zénobe, une Zoline et une Zulmée.
Et j’en oublie sans doute, des prénoms originaux présents dans ma généalogie...
Certains reflètent la période à laquelle la naissance a eu lieu ou les opinions politiques des parents, d’autres font honneur à des saints oubliés, d’autres encore rappellent des prénoms d’origine germaniques, d’autres enfin sont totalement obscurs aujourd’hui.
Autant dire que j’ai longuement hésité avant de choisir le prénom dont j’allais parler pour mon premier Geneatheme...
Mais finalement, j’ai décidé d’é…
Articles récents

Adieu 2017 et bienvenue 2018!

Cette année 2017 fut pour moi une année importante sur le plan de la généalogie.
Ce fut d'abord les échanges de mails avec une cousine éloignée que je connais mais que je n'ai pas vue depuis longtemps. En commençant à faire de la généalogie, elle avait vu mon arbre sur Geneanet et m'avait laissé un message. Grâce à elle, je me suis plongée dans la généalogie de ma lignée maternelle, que j'avais un peu mise à l'écart. 
2017 fut aussi pour moi la découverte de la "communauté généalogique" de Twitter, passionnante et bienveillante - deux qualificatifs plutôt rares sur les réseaux sociaux.
Et grâce à cette communauté, j'ai (re)découvert le plaisir d'écrire sur la généalogie. J'avais commencé à écrire pendant ma participation au Diplôme universitaire de généalogie de Nîmes - pas vraiment le choix, me direz-vous. C'est vrai mais j'ai pris plaisir à le faire... Sauf que la vie a fait que je me suis éloignée de mes terres et de m…

A l'approche de Noël - #RDVAncestral décembre 2017

En ce mois de décembre, comme beaucoup, je suis en plein dans les cadeaux de Noël pour mes proches. Et pour mes parents, suite à une remarque du genre « Je ne comprends rien à ton logiciel mais j’aimerais bien t’aider », j’ai cherché une idée originale pour leur présenter leur généalogie et j’ai donc décidé de leur offrir à chacun un livre généalogique. 

Mais bien sûr, je compte bien leur offrir entièrement complété, du moins complété en fonction de l'avancée de mes recherches à ce jour.  Et donc, depuis 10 jours, je suis en rendez-vous ancestral quasi quotidien avec 64 ancêtres de chacun de mes parents, donc avec 128 de mes ancêtres. 
Je rencontre donc à nouveau des ancêtres proches ou plus éloignés, certains que je connais bien parce que j’ai eu la chance de les côtoyer (bonjour mémé!, bonjour mamie!), certains que j’ai l’impression de connaître car j’ai beaucoup étudié leur vie (bonjour mon cher Georges!, bonjour Pierre!) et d’autres que je ne connais que par leur …

Un hiver dans le Jura - #RDVAncestral

Guillaume du blog Le Grenier des Ancêtres nous invite tous les mois à remonter le temps pour partir à la rencontre d'un ancêtre et à raconter ce rendez-vous.

Ce mois-ci, j'avais envie de partir à la découverte de mes ancêtres paternels, dans le Jura. Je me trouve donc au Vaudioux, dans ce petit village près de Champagnole, dont sont originaires mes ancêtres paternels et là où, par hasard, j’ai fait mes premiers pas.
Par contre, je n'arrive pas à déterminer l'époque. Ce qui est certain, c’est que ce n’est pas le XXIème siècle. Pas de voitures, pas de lignes téléphoniques, et surtout pas d’église. Donc avant 1837.
Il fait très froid et la neige a envahi le village. Tout est blanc et silencieux. La neige épaisse craque sous mes pieds et j’aime la sensation que cela procure. Il faut dire que cela m’arrive rarement, à moi la parisienne émigrée en Charente.
En passant devant une petite maison du cœur du village, j’entends une femme hurler.   Inquiète pour elle, je m&#…

Des hommes de bonne volonté

Non, non, le blog n'est pas retombé dans l'oubli! 
Simplement, les journées sont un peu chargées en ce moment et je vous prépare un article (ou une série d'articles, je ne sais pas encore...) sur un sacré personnage.
Donc en attendant Charles, une petite anecdote relevée dans les registres paroissiaux de Saint-Thibault des Vignes (Cote 5MI1863 vue 65 aux archives départementales de Seine et Marne). 
L'orthographe d'origine est conservée, seuls les noms ont été supprimés. 

"L'an mil sept cent soixante et dix neuf,  le troisième jour du mois de janvier, se sont assemblés au son de la cloche, à l'issue de la messe parroissialle tous les habitans à la réquisition de moy curé pour demander et engager tous les habitans à se prêter volontairement et à l'amiable à faire une corvée pour réparer le chemin descendant au grand chemin de Lagny, lequel est appellé rue creuse, laditte corvée a été acceptée tout à coup par les dits habitans dès le lendemain q…

Ma mémé Philomène à moi

Il y a quelques temps, comme cela arrive souvent, un vent de folie a traversé le Twitter généalogique. Les mémés Philomène ont surgi de partout, de tous les coins de France et de Navarre, et même d'outre-atlantique. Un hashtag est né : #TeamPhilomène
Et il se trouve que j'ai, moi aussi, MA Philomène : Philomène VIENOT, mon arrière-arrière-grand-mère paternelle.  

Ma mémé Philomène est née le 9 octobre 1838 à Voillans, près de Baume les Dames, dans le Doubs. Son nom complet est Jeanne Philomène Vienot, mais son prénom usuel est bien Philomène, comme en atteste sa signature. 

Elle est la fille naturelle de Jeanne Baptiste Vienot, couturière de 20 ans domiciliée à Voillans. 
Pour une raison que j'ignore encore, elle monte à Paris où je la retrouve pour son mariage avec Cyrille Paget, à la mairie du XIème arrondissement le 15 novembre 1877. Elle est alors âgée de 39 ans et habite 52 rue de Montreuil, dans cet arrondissement et n'exerce pas de profession. 
Il s'agit de…

#RDVAncestral - Deuxième

16 septembre 2017, un an de RDV ANCESTRAUX Aujourd'hui, pour fêter cet anniversaire, j'ai rendez-vous avec celui que je n'ai pas connu mais dont j'entends parler depuis toute petite, celui dont je conserve religieusement la moindre photo, le moindre petit bout d'archive et que j'ai l'impression de connaitre.
Celui aussi pour lequel j'ai commencé à faire de la généalogie, curieuse de connaitre encore un peu plus son histoire.
Mon arrière-grand-père paternel, Georges Ernest Deharvengt.
Né le 24 septembre 1876 à Montigny en Cambrésis (59), il est arrivé à Saint-Thibault des Vignes, en Seine et Marne, avec ses parents dans les années 1880. Il devient instituteur public et épouse Georgette Emma Paquier à Saint-Thibault le 12 octobre 1903. Il passe la plus grande partie de sa carrière dans la petite école de Villevaudé (77) avant de revenir, au moment de sa retraite à Saint-Thibault, dont il deviendra maire entre 1932 et 1938. Il y décédera entour…